DAVID HAROUTUNIAN

Violoniste

DAVID HAROUTUNIAN

Trio

Les trois musiciens du trio se connaissent depuis leur enfance, mais c’est récemment qu’ils ont décidé de se réunir autour du répertoire du trio avec piano. Après s’être connus à l’école Tchaïkovski à Erevan, ils ont quitté leur pays natal afin d’étudier dans les conservatoires les plus réputés du monde à New York, Paris, Londres, Bâle. Depuis ils ont chacun sillonné les plus grandes scènes mondiales avec des partenaires tels Mischa Maïsky, Kim Kashkashian, Paul Badura-Skoda, Gary Hoffman, Miklós Perényi, Elisabeth Leonskaja ou Paul Meyer pour n’en citer que certains. C’est avec une certaine expérience qu’ils se retrouvent quelques années plus tard pour apporter un regard musical accompagné d’un vécu personnel et artistique car les trois artistes vivent chacun dans une capitale européenne différente.

En 2021 le premier chapitre de leur projet « Tout Brahms » apparaîtra sous le label anglais RUBICON avec les 2e et 3e Trios avec piano de Johannes Brahms.

Toumanian Mek

L'ensemble Toumanian Mek s'est consacré depuis sa création en 2016 à la musique arménienne, et plus particulièrement au répertoire du quatuor à cordes, encore trop peu connu en Occident. Son nom fait référence à l'un des plus grands écrivains arméniens, Hovhannès Toumanian. David Haroutunian – violoniste et fondateur de ce groupe – est né au numéro 1 (mek  en arménien) de la rue Toumanian, à Erevan – d'où le nom du groupe. Composé de chambristes réputés, interprètes d'œuvres du grand répertoire de la musique occidentale, Toumanian Mek propose une singulière rétrospective arménienne en y intégrant des œuvres issues de la musique populaire. La recherche d'authenticité, dont le groupe fait preuve depuis sa création, l'a conduit à puiser dans les mélodies et danses transmises par le barde Sayat-Nova, qui est une figure emblématique de la musique de cette région du Caucase.

La “Nuit transfigurée” d’Arnold Schoenberg

L’originalité de cette interprétation est que les 6 musiciens sont plongés dans un noir quasi complet et que seules quelques lumières sombres apparaîtront. La difficulté et l’originalité de cette interprétation est que la pénombre exige une exécution par cœur de l’œuvre. Le concert débute avec le Capriccio de Richard Strauss suivi de la lecture du poème de Richard Dehmel dont Schoenberg s’est inspiré pour écrire la “Nuit transfigurée”. Le poème est lu dans sa version française par Simon Abkarian (3 Molières 2020) et les cinq parties du poème transcrites en cinq fragments musicaux serait mise en « obscurité » par l’artiste lumière Eric Michel qui a imaginé cinq tableaux sur fond noir découpés selon les cinq parties du poème “symphonique” pour sextuor à cordes. Nous avons joué ce projet à Paris en novembre dernier avec Sarah Dayan (Quatuor Voce), Sarah Chenaf (Quatuor Zaïde), Corentin Bordelot (soliste à l’Orchestre National de France), Juliette Salmona (Quatuor Zaïde), Pauline Bartissol.

Beethoven, l’expressionniste

Concert-spectacle autour des sonates de Beethoven (nos. 2, 7 et 10) interprétée par cœur avec le pianiste Guillaume Vincent et pendant lesquelles intervient la danseuse Eléonore Grimbert-Barré qui donne un souffle expressionniste à l’œuvre de Beethoven.